PAIRE DE SKI

ROLLER EN LIGNE

AUTRES EQUIPEMENTS

Les marques

les origines du snowboard LES ORIGINES DU SNOWBOARD


 les origines du snowboard


C'est à un hiver sans vague sur la côte californienne que l'on doit l'invention du snowboard. Sherman Popper, surfer passionné, se morfondait. Dégoûté, il partit faire un tour dans les montagnes qui, elles, étaient couvertes d'un épais manteau de poudreuse. Est-ce la silhouette d'une belle corniche de neige qui l'inspira ? Il songea que la neige n'était rien d'autre que de l'eau cristallisée, et qu'entre la pente d'une montagne et celle d'une vague géante il n'y avait dans le fond pas une grande différence... La légende veut que le premier snowboard soit né le jour de noël 1965, quand Laurie et Wendy Popper, ses deux filles, reçurent pour cadeau une espèce de monoski nautique, doté d'une ficelle avec poignée, fixée à la spatule. Et cela marchait ! Tant et si bien que l'on baptisa l'engin Snurfer, et que, pendant l'hiver 1968, une compétition fut organisée à Muskegon, dans le Michigan.

 

Dans les années 70, l'idée d'un flotteur à surfer la neige ne surprend plus personne, et Dimitri Milovitch, un Américain vivant dans l'Utah, met au point le Winterstick. Cette planche en polyester, souple, avec spatule pointue et arrière en forme de queue d'hirondelle, est dotée d'une dérive. Et voici les surfers en quête de neiges sublimes. C'est ainsi que le premier Winterstick apparaît dans les Alpes vers la fin des années 70. Mais, déjà, un autre Américain s'est rendu compte que ces planches spécialement conçues pour la poudreuse n'ont pas d'avenir : imaginez la dérive sur une piste damée... Jake Burton conçoit ainsi une planche plus proche des skis de piste, c'est-à-dire dotée de carres métalliques et équipée de fixations. Le Burton snowboard se comporte très bien en neige dure et est capable de descendre des pistes damées. Le snowboard tel que nous le connaissons aujourd'hui est né. Et, avec lui, un certain esprit de liberté qui provoque tout de suite des heurts dans les stations américaines, où la pratique du ski est très réglementée (la vitesse y est limitée, par exemple).

 

On peut se demander pourquoi il a fallu attendre le milieu des années 80 pour que le snowboard s'impose en Europe. Au début de cette décennie, la faveur du ski allait au monoski. On en voit trop peu aujourd'hui pour se rappeler qu'il s'agissait d'un ski unique où l'on avait les deux pieds pris dans l'axe de la planche, et un bâton dans chaque main. Et le monoski garde longtemps l'avantage. Il n'empêche qu'en 1987, le championnat du monde de snowboard organisé à Saint-Moritz consacre les Français Ian Guiauchain en descente et Mylène Drucoz en slalom. Un peu plus tard, le half-pipe est mis au point. Puis le surf entre dans le domaine de l'extrême quand, en 1988, Bruno Gouvy descend l'Eiger, le Cervin et les Jorasses en snowboard. Dans le même temps, le développement du roller a passionné une foule de jeunes citadins pour ce type de glisse, et ils profitent des vacances de neige pour essayer le snowboard. Conséquence finale : le snowboard figurait parmi les épreuves des jeux Olympiques d'hiver à Nagano (Japon), et la jeune Française Karine Ruby remporta la médaille d'or.